/>

Qui porte réellement la voix des kinés libéraux ?

Entre l’ordre national, les syndicats et les URPS, les masseurs kinésithérapeutes ne se font pas toujours entendre de la même voix. Alors, qui est le mieux placé pour porter les revendications de la profession ? La question se pose alors que les élections aux URPS sont organisées jusqu’au 7 avril prochain.


Entre dérive sectaire et laïcité, des questions de société pour les kinés !

Au quotidien, les masseurs kinésithérapeutes doivent prendre connaissance de multiples consignes qui leur sont adressées et qui ne sont pas exclusivement réservées aux soins qu’ils prodiguent à leur patientèle. Veiller au respect de la laïcité tant à l’hôpital que dans les cabinets de kinés libéraux ou encore être vigilants s’agissant d’éventuelles dérives sectaires font ainsi partie de leur mission du quotidien.





Les kinés libéraux et la fraude, des explications diverses pour un constat unique

Les montants évoqués pour la « fraude » commise par les masseurs kinésithérapeutes sont en progression depuis plusieurs années. Ces sommes intègrent les fraudes telles qu’elles sont définies mais aussi les procédures en réclamation d’indus, souvent initiées à la suite d’une « erreur » de facturation et/ou d’interprétation. Pourtant, pour d’autres, ces fraudes pourraient aussi trouver leur origine dans la faiblesse de la rémunération des kinés libéraux.



Les kinés libéraux et hospitaliers, en formation ou déjà installés, demandent plus d’égalité

Chaque année, les frais de scolarité dans les Instituts de Formation en Masso-Kinésithérapie sont à l’origine de contestation des étudiants et des kinés déjà installés. Et en 2021, ces mêmes contestations se doublent d’une demande de plus d’équité, que le Ministre de la Santé a promis pour toutes les études en santé.