/>

Les futurs kinés libéraux et hospitaliers face à la refonte des études !

Depuis cette rentrée de septembre 2020, la réforme des études de santé est devenue réalité pour les futurs kinés libéraux et hospitaliers. Deux nouvelles voies d’accès aux IFMK sont venues remplacer la PACES, et l’heure du premier bilan a déjà sonné.

Les nouvelles voies pour intégrer les études pour devenir masseur kinésithérapeute

La réforme du premier cycle des études de médecine est connue depuis longtemps, et depuis la rentrée de septembre, elle est entrée en œuvre en partie, bouleversant le parcours des étudiants se destinant à devenir masseur kinésithérapeute notamment. Décriée par beaucoup et présentée comme une source de stress, d’angoisse et d’échec, la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé) n’existe donc plus. Elle s’adressait, comme les nouveaux dispositifs, à toutes les filières médicales : médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie, et kinésithérapie. 75 % des étudiants en IFMK provenaient de cette PACES, quand 25 % avaient validé une première année de licence de biologie ou de STAPS.

Les futurs kinés libéraux ou hospitaliers peuvent donc désormais, pour pouvoir intégrer un Institut de Formation en Masso Kinésithérapie (IFMK), se décider pour une des deux voies d’accès possibles :

  • Le Parcours d’accès spécifique Santé (PASS). Ce PASS ressemble fortement à la PACES, bien que l’étudiant doive choisir une mineure de son choix parmi les possibilités offertes par l’université (STAPS, Biologie, Droit, Économie, …)
  • La Licence avec accès Santé (LAS). Il s’agit alors de choisir une dominante (STAPS, Biologie, Droit, Économie, …) qui sera associée à un module de cours santé.

Pour l’intégration d’un IFMK, la licence biologie et la licence STAPS demeurent toujours possible.

Un premier constat mitigé pour une réforme ambitieuse mais mal préparée ?

Rappelons, que l’objectif de cette réforme était de lutter contre le stress (et l’échec induit par ce dernier) de la PACES tout en proposant un système plus compréhensible par les étudiants. Un récent rapport de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) dresse un état peu flatteur des premiers mois d’existence du dispositif. Si la PASS ressemble étrangement à une PACES, qui ne veut pas dire son nom, la LAS, en revanche, est présentée comme un projet mal préparé. L’ANEMF dénonce ainsi le manque de communication et d’information adressée aux étudiants. Plus grave encore, l’association estudiantine dénonce le manque de concertation entre ls différents pôles de l’université. L’étudiant ne sait plus s’il doit s’adresser à l’UFR de sa dominante ou à celle de la santé, et se retrouve alors sans réponses.

Si les étudiants dénoncent une réforme entreprise dans la précipitation, ils sont rejoints par les enseignants et même par les doyens d’Université, qui reconnaissent, à demi-mots, que des ajustements sont à prévoir. A quelques jours des partiels et de la fin de ce premier trimestre, le constat est plutôt difficilement compréhensible pour l’ensemble des parties.

Quel avenir pour les étudiants kinés en 2021 ?

Vice-présidente de l’ANEMF, chargée de l’Enseignement Supérieur, Loona Mathieu ne cache pas sa déception quant à l’efficacité de cette réforme.

« C’est vrai qu’un des objectifs qui nous tenait à cœur était la diminution des risques psychosociaux. Quand on voit les témoignages actuels, on n’y est pas encore. »

Certes, la réforme permet de réduire l’échec des étudiants en leur permettant de poursuivre, pour la LAS, dans la dominante qu’ils ont choisi. En revanche, si la réforme de ces études de santé s’est accompagnée d’une suppression (théorique) du numerus clausus, les conditions de sélection pour les kinés comme pour les autres restent floues et incertaines dans de nombreuses universités. Seule certitude, les QCM ne seront plus les seuls juges de paix en la matière, puisque des épreuves rédactionnelles sont prévues, ainsi qu’une épreuve orale, que les étudiants attendent encore de connaitre dans le détail.

Le stress et l’incertitude continuent donc de régner dans les rangs des étudiants, qui ont déjà bien assimilé que la sélection restera aussi rude qu’avec la PACES. C’est ce que confirme Loona Mathieu en évoquant ce numerus clausus, qui ne dit plus son nom.

«Ce nombre sera augmenté dans la limite des capacités de formation des universités. Et certaines sont déjà surchargées»

Et vous, comment jugez-vous cette réforme des études de santé ? Estimez-vous qu’il faille aller encore plus loin dans la transformation de la formation des futurs masseurs kinésithérapeutes ?

27 commentaires sur « Les futurs kinés libéraux et hospitaliers face à la refonte des études ! »

  1. une réforme des études, pourquoi pas; Mais quand on sait que plus de 50% des kinés qui s’installent en France ont un diplôme étranger (Belge, Espagnol, Roumain,…) avec un accès plus basé sur le carnet de chèque que sur un concours, il faut surtout s’interroger sur le numérus clausus d’entrée dans les écoles françaises.

  2. Ma fille est actuellement en deuxième année elle s est tapée une première année de médecine douloureuse j estime qu il faut mieux reconnaître cette profession sinon cela deviendra de l abattage comme cela se passe aujourd hui ….. Certains kinés pour s en sortir prennent plusieurs patients en même temps et ne font plus du manuel

  3. J estime qu une année de médecine plus 4 années de kine vaut largement masteur 2

  4. Vincent Gay vous savez vous devriez vous renseigner car Louvain la Neuve est une des meilleures universite catholique publique bien meilleure que certaines en France …. et là vécu par expérience…
    Ne croyez pas que c est en France qu il y a un meilleur cursus c est fini hélas !

  5. Gerard Patoche bien dis ma fille est allée là-bas faire ces études très bonne école vêt très réputé

  6. Vincent Gay complètement faux

  7. Paule Lagarrigue merci d’expliciter votre réponse.

  8. Gerard Patoche je n’ai pas jugé la qualité des formations. Mais l’inégalité d’accès à ces écoles. En France, il faut un bac scientifique avec mention et une 1ère année en fac de médecine de très haut niveau, Alors qu’en Belgique, c’est un tirage au sort. et en Espagne et Roumanie, un gros chèque!

  9. Les kinés Francais motivés sont impressionnants de réactivité.!!!!

  10. Ca dépend où et qui !

  11. Vincent Gay, mon fils est allé à Valencia à l’université CEU Cardenal Herrera , un cursus intéressant et des moyens pour les élèves. Eh oui, l’année se paye en moyenne 6000 à 7000€. Si vous ramenez ça au mois, c’est raisonnable, car les loyers et la nourriture sont dérisoires. Ils ont une vision du métier du kinésithérapeute plus élargie, car le kinésithérapeute est considéré comme un thérapeute à part entière, pas besoin d’aller voir son médecin pour aller chez le kinésithérapeute. Le kinésithérapeute est capable de dire quelle rééducation pour telle pathologie, lire un scanner …. et des méthodes de rééducation plus ouvertes !! Des études de 4 ans enrichissantes à tout point de vu.

  12. Vincent Gay simplement les écoles de kines en Espagne coûtent le même prix qu’une école d’ingénieur en France ! Le prix de la formation quoi !!! Le seul pb c’est le 1/3 payant qui empêche l’augmentation de notre acte on tente de nous garder en bas de l’échelle pour faire de l’abattage de patient .

  13. Laurence Cochereau alors en quoi mes propos sont faux? encore une fois je ne dénigre pas les formations étrangères. mais le sujet est la refonte des études en France. Et je maintien que nous ne formons pas assez de jeunes kinés, sur le sol français. depuis des années, Les remplaçants et assistants sont des espèces rares, qui marchandent des rétrocessions d’honoraires ridicules. Et les retraités ferment leur cabinet tenus 40 ans sans transmission de patientèle. Les nouveaux cabinets sont des super structures, où les soins ne sont pas individuels. A part cela, tout va bien…

  14. Vincent Gay , entièrement d’accord avec vous. Mon fils s’est installé en tant qu’assistant dans une maison de santé. Une rétrocession de 33%, il voulait faire des soins de qualité c’est-à-dire un patient toutes les 30minutes et un patient à la fois. Son installation en tant qu’assistant à durée 2 mois et demie. Il ne s’y retrouvait pas, des horaires à rallonge et trop de charges. Il est parti et est en SSR. Quand le ministre de la santé va se pencher sur la revalorisation des soins? Et quand va t’il reconnaître la formation master 2??? Le système fait fuir l’installation en libéral !!!

  15. Le pb a mon avis n est pas qu on soit master ou 2 c juste que bac + 5 au Smic si on veut travailler proprement c pas envisageable
    Alors refondre les études ok mais la rémunération doit suivre ….

  16. Vincent Gay faux pour Louvain la Neuve d abord il vous faut un bac scientifique pour les métiers au-delà d infirmier c est à dire kinés medecins vétérinaires….. ensuite il faut avoir un bon dossier car aujourd hui vu le nombre demandes ils ont rehaussé la barre … vous ne devez pas être redoublant ils vousdemandent vos bulletins de seconde jusqu’à la terminale et si vous avez fait une année de médecine en France et que vous avez abandonné en cours ou que vous avez pas le quota c est a dire 60 crédits vous êtes refusés et depuis deux ans ils demandent un 15 au bac ….. Pour vous dire le sérieux de cette institution

  17. Gerard Patoche du manuel !!!

  18. Pierric Ortscheit Quand je parle du manuel c est avec les mains le corps si vous préférez comme a l ancienne ….. Attention je ne remise pas toutes les machines au placard !

  19. Vincent Gay je suis assez d accord sur le faite que l on ne forme pas assez de kinés en France mais la faute a qui ??? C est comme à l hôpital publique ….. les écoles de kinés je parle en région parisienne 9000 euros Assas et compagnie comme ils ont retiré la prépa de deux ans de ces instituts et qu ils ont instauré une année de médecine dans le numéros clauses ligne médecine (je sais ma fille est tombée en plein dedans) et bien ils ont flambé leur prix sauf celle des Mureaux ….. Personnellement je n aurais jamais envoyé ma fille sur les Mureaux donc effectivement si vous n avez pas l argent cela devient difficile

  20. Le problème c est que le ministère de la santé décide avec la sécu sur la nomenclature des tarifs et comme ils resserrent tous les ans les budgets ce n est pas prêt de s ameliorer … Ils ont réformé la formation kinés médecine et quatre années d’école par contre ils ne veulent pas les reconnaître c est une honte …. le kine n est pas un infirmier le cursus n est pas au même niveau et ce n est pas péjoratif ce que je dis sur le métier d infirmier …. Il faut appeler un chat un chat !

  21. c’est bien compliqué tout çà et l’ascenseur social semble bel et bien disparu . Évidemment la profession évolue en zones sensibles et il faut ménager la morale et la volaille de nos belles racines ! Hors de question de laisser la main invisible du Kiné mondial réguler tout çà , Baron ! Non je blague à peine , tant de méthodes mondialement réputées , plus ou moins folkloriques , voir scabreuses ( çà veut dire quoi déjà ?) héritières de l’empirisme et du bon sens abandonnées à la marge ..😒

  22. Marc-philippe Lenoir Arrêtez l’ascenseur social vous nous les « cassez » et je mesure mes mots la discrimination aujourd’hui est envers le « blanc » ok on a le droit à rien bien souvent nos enfants sont obligés de partir à l’étranger pour faire leurs études où alors ils multiplient les petits boulots pour aider leurs parents qui peinent alors que l’on reçoit des étudiants étrangers qui ne suivent même pas des études ……. Chambre loyer études argent de poche téléphone tout est pris en compte alors que le pauvre ouvrier quand il a droit à quelque chose il doit se battre ……. Dans notre propre pays nous sommes discriminés tous les jours face à ce phénomène idéologique de gauche ras le bol !

  23. Gerard Patoche kiné ma en noir et blanc = cinoche patoche les belles racines ! je parlais de l’ascenseur dans ces professions para-médicales moins côtées antan aux yeux des parents les plus nantis que médecin-ingénieur saint cyr etc …donc plus accessibles alors avec des cursus courts ..je vois vraiment pas où se situe mon discours idéologue là d’dans …volaille ?🤔

  24. Audeline Delsarte tiens bonne lecture pour ton avenir

  25. Christine Herbin Delsarte merci

  26. Vincent Gay le carnet de chèque c’est en France😂😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.