/>

Les kinés libéraux inquiets face à la probabilité d’une seconde vague !

Alors que les autorités sanitaires soulignent que la probabilité d’une seconde vague est de plus en plus forte, les kinés libéraux notamment se déclarent inquiets face à un avenir incertain et sombre. Les masseurs-kinésithérapeutes sont-ils prêts à affronter une seconde vague ?

Les masseurs kinésithérapeutes tirent les enseignements de la crise sanitaire

Dès le début de la crise sanitaire, tous les professionnels de santé, y compris les kinés libéraux et hospitaliers, ont été mis à contribution pour juguler la propagation du virus. Les masseurs kinésithérapeutes, travaillant à l’hôpital, ont du prendre en charge un afflux de patients notamment dans les services de réanimation. Les kinés libéraux, eux, ont été appelés à fermer leur cabinet et à se consacrer aux soins urgents et nécessaires, le plus souvent directement au domicile de leurs patients. Ils ont aussi été conviés à venir en aide aux services hospitaliers, qui étaient alors proche du débordement.

Le déconfinement a été progressif, et les cabinets de kinés libéraux, lors de leur réouverture, ont dû s’adapter à des normes sanitaires strictes et détaillées. Aujourd’hui, les autorités sanitaires comme les professionnels de santé eux-mêmes tirent les enseignements de cette période si particulière, notamment pour comprendre les axes de progression et les leviers d’amélioration en cas de survenue d’une seconde crise. Certes, les problèmes d’approvisionnement, et les masques ont cristallisé à eux-seuls ces difficultés récurrentes dans toute la chaine de soins au cours des premières semaines de l’épidémie, représentent un des principaux axes d’amélioration, mais la chaine de soins, dans son ensemble, doit aussi faire l’objet de réflexions, et des discussions entre les différents ordres professionnels et le Ministère de la Santé sont en cours.

Les kinés libéraux sont-ils prêts en cas de seconde vague ?

Tous les soins de kinésithérapie devaient-ils être reportés ? Cela n’a-t-il pas représenté une perte de chance pour les patients ? Comment assurer des soins au domicile des patients, censés être les plus fragiles, sans disposer de matériel de protection ? …

Ces questions sont sur la table, et il appartiendra aux syndicats représentatifs des kinés libéraux mais aussi à l’ordre des masseurs kinésithérapeutes de porter les revendications et les demandes de l’ensemble des professionnels. Car la question d’une seconde vague se pose aujourd’hui. Certains spécialistes l’annoncent pour cet automne, alors que d’autres craignent une résurgence de l’épidémie dès le mois de septembre. Dans tous les cas, la question se pose pour tous les acteurs concernés : Les kinés libéraux sont-ils prêts à affronter une seconde vague ?

On pourrait répondre par l’affirmative, même si des signes d’inquiétude se font sentir parmi les kinés mais aussi les autres professionnels de santé.

Pourquoi, par exemple, l’Etat a-t-il déjà annoncé la fin du dispositif de distribution des équipements de protection individuelle depuis les stocks d’Etat dès le 4 octobre prochain. Les kinés libéraux ont ainsi reçu un mail des autorités sanitaires en leur rappelant qu’ils « doivent donc s’organiser pour être en capacité de s’approvisionner de manière autonome à partir du 5 octobre ». Et tous les professionnels de santé redoutent d’avoir à devoir se reconstituer un stock de sécurité à un moment où les problèmes d’approvisionnement continuent de perturber l’activité des grossistes spécialisés. La crainte d’une nouvelle pénurie de ces équipements de protection est dans tous les esprits.

Et la crise économique pour les cabinets de kinés libéraux !

Si des questions se posent sur un plan strictement sanitaire, les kinés s’interrogent aussi quant à la survie même de leur cabinet. En effet, à la crise sanitaire s’ajoute une crise économique, pour laquelle l’Etat a certes fait des efforts pour aider les kinés libéraux à faire face à leurs charges. Mais aujourd’hui, l’heure des comptes révèlent des difficultés persistantes pour ces professionnels de santé.

La nécessité de devoir prochainement assumer le coût des équipements de protection va encore faire croître la hausse des dépenses induites par cette crise sanitaire (désinfection des locaux, nettoyage du matériel après chaque patient, …). Dans le même temps, les contraintes édictées par les autorités sanitaires conduisent inéluctablement à une baisse de l’activité des kinés libéraux (distanciation physique, impossibilité de recevoir plusieurs patients à la fois, temps de nettoyage et de désinfection, …). Une hausse des dépenses et une baisse des recettes, la situation n’est guère facile, et la menace de cette seconde vague rend l’avenir encore plus hypothétique …

Alors dans ces conditions, les kinés libéraux comme bon nombre d’autres professionnels de santé se déclarent inquiets quant à l’avenir….et tous espèrent, que les efforts déployés actuellement permettent d’empêcher la survenue de cette seconde vague.

43 commentaires sur « Les kinés libéraux inquiets face à la probabilité d’une seconde vague ! »

  1. Je ne suis pas du tout inquiet! Ça fait 2 mois que l’on nous bassine avec cette deuxième vague! Il n’y aura pas de deuxième vague. On va continuer les mesures barrières et puis voilà

  2. Damien Houbert et même si il y en a on continuera avec les gestes barrières… j’espère que l’ordre se rappellera de la catastrophe pour nos patients de fermer nos cabinets😉

  3. Enfin je pense qu’il y a d’autres professions et autres domaines dont l’avenir est clairement plus compliqué que le nôtre.
    Arrêtons un peu le nombrilisme et relativisons

  4. C’est difficile de savoir s’il y aura une deuxième vague…. Nous ne connaissons pas ce virus.

  5. Pierre-élie Bissonnier ?

  6. Les seuls qui disent qu’il y aura une deuxième vague, ce sont ceux qui sont en contrat avec les laboratoires pharmaceutiques, puisque c’est laboratoires veulent vendre un vaccin à tout prix. Par contre, nous continuerons les règles d’hygiène habituelle, comme nous l’avons toujours fait. Le conseil de l’ordre ne fera absolument rien pour notre profession, comme il l’ ont toujours fait. Je suppose que les passions viendront toujours nous voir dans nos cabinets, ou à l’hôpital, comme ils ont toujours fait. Des honoraires resteront les mêmes, et tout va continuer comme avant.

  7. Pas du tout inquiète au sujet d’une deuxième vague. Nous ne sommes plus en état d’épidémie.
    Les médias nous bassinent vraiment ! Ce qui m’inquiète le plus c’est de savoir pourquoi ils cherchent toujours à nous faire peur. Cette situation n’est absolument saine pour personne

  8. Manipulation des consciences

  9. Johan Sérot une deuxième fermeture des cabinets pdt près de deux mois n’est certainement pas une bonne idée et ne ferait que détruire nos cabinets qui ont déjà bien souffert !!!!!!

  10. Pierre-élie Bissonnier chacun a ses problèmes…..mais refermer nos cabinets pdt près de deux mois serait un désastre …..

  11. Et quelle deuxième vague ? Arrêtez de vous faire peur .

  12. Pierre-élie Bissonnier n’importe quoi nombrilisme mais bon 😞😞😞😞😳😳😳

  13. Pierre-élie Bissonnier je pense que dans ce pays il y a bien plus nombrilisme que le kines
    Prof sncf ratp etc etc

  14. Idem ruen a lhorizon

  15. Marie-Charlotte Duchemin c’est super pratique d’interdire les rassemblements de plus de 5000 personnes … plus de manifs…

  16. Marie-Charlotte Duchemin idem…masque-arade !!à qui profite le crime !??🤔🤔🤔

  17. Il faut arrêter avec ca… je suis surtout inquiet pour les patients qui n’ont pas étè hospitalisés a cause du covid… et qu’on a laissé livrés a eux même par les autorité sanitaire… qui se sont dégradés… la nous intervenons… mais on ne le dit pas assez… il ya plus de déserts paramédicaux… et les patients restent moins en hopital Apres les différentes chir… et la nous intervenons encore…. et pourtant on continue de nous négliger… la 2 em vague si elle vient peut être, on prendra nos responsabilités mais nous serons la… on veut juste être considéré comme il se doit…

  18. Gilles Rimlinger ça concernait surtout le post dont le contenu était à mon sens excessif.

  19. Euh si je ferme encore 3 mois c’est la faillite. Nombriliste peut être, mais bon.

  20. Pierre-élie Bissonnier 👏👏👏

  21. Les kines (je suis un patiente) devraient etre mieux rembourses , franchement 17 a 20e par patient voyant vos charges apres c est ridicule….. un kine doit prendre un patient max par 1/2heure (sinon c est de l abattage) , on voit le medecin pour renouvellement traitement en 2 mn c est fait et il se fait 25e et les kinés 30m’ 18€ . Ok pas les même études. Mais quand le kiné prend un patient le docteur en prend 4 mini …. donc kine libéral ca va pas top car la désinfection avant et après chaque patient fait perdre quelques patients , donc si seconde vague ca crain , dans le 59 sérieusement ca s accélère , certes pas partout en France heureusement , je suis pas à la solde de big pharma car simple patiente, mais la realite est la. Le virus est toujours la, les nombres hospitalisés et réa augmentent dans certains CHR donc j espère que les kinés d autant plus les libéraux seront enfin pris en considération si la vague automnale se fait . Merci et courage a vous

  22. Pipeau pas de 2 eme vague!!

  23. A cause de quelques clamping qui ne respectent rien on risque effectivement un rebond … s il faut fermer pour sauver des vies on le refaira … 2 mois devant toute une vie c rien même si je pars dans le rouge … désolé pour ceux qui ne pensent Qu au pognon

  24. La 2eme vague de quoi ?
    De positifs ? Hospitalises ?
    Morts ?

    On bloque tout le pays pour 10 morts / jour …

    C’est dingue

  25. On peut pas avoir peur, on sert à rien de toute façon 😅

  26. Clément Dufour c’est ce que le confinement m’a renvoyé aussi. 😉

  27. Mélanie Bender je l’ai toujours su. Nous ne sommes pas indispensables mais nécessaires

  28. Be n non je ne suis pas inquiète du tout, j’ai mis en place des mesures d’hygiène drastiques, et je vais simplement continuer tout pareil ca va faut pas exagérer d’autant que je ne pense vraiment pas qu’il y aura de deuxième vague, le virus semble muter et devenir beaucoup moins méchant faut pas s’inquiéter ca ne sert à rien du tout faire au mieux et avoir confiance dans la vie

  29. Marie-France Foradini-Henn Moi en tout cas je ne fermerai pas tant que ce ne sera pas spécifié par le gouvernement et même si le CNO souhaite que nous fermions tant qu’il n’y a pas d’arrêté préfectoral hop je reste ouverte droit dans mes chaussons Ave cmon masque et mes désinfectants.

  30. MERCI à vous c’est vrai ce que vous dites

  31. Béatrice Bros de Puechredon

  32. Catherine Irma il faut écouler tous les masques et le gel hydroalcoolique

  33. Marc Roquetaniere exactement !!!

  34. Marie Line Becquet ce ne

  35. Kiné et pas inquiète du tout…!🙄

  36. Pour temps vous pouvez avoir peur la deuxième vague et bien la le gouvernant muche baucoupes kini son pas labrie

  37. Ils a des kines qui attrapé la maladie masque désinfection et c’est nous qui compatir les qui sont des gros problème de santé et la maladie et toujours la le couvernement muches même si ont se couvre

  38. Marie-Charlotte Duchemin Naomi Klein, la stratégie du choc.

  39. Marie Bruno parce que si tout le monde met son masque parfaitement on aura pas de 2eme vague ?

  40. La peur n’élève pas le danger arrêter d’avoir peur

  41. virus faiblement pathogène, pandémie de la peur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.