/>

Les kinés libéraux mobilisés pendant le second confinement

Les cabinets de kinés libéraux mais aussi les autres professionnels de santé s’efforcent de rassurer leur patientèle. Ces professionnels de santé continuent à accueillir leurs patients et/ou à se déplacer à leur domicile, et tout est fait pour que les erreurs connues lors du premier confinement ne se reproduisent pas.

Les kinés libéraux continuent d’accueillir leurs patients

Depuis le 30 octobre, la France connait un second épisode de confinement, mais le gouvernement a tiré les leçons du printemps dernier, notamment en ce qui concerne les professionnels de santé. Ainsi, depuis plusieurs semaines, des messages des professionnels de santé dits de ville appellent les patients à ne surtout pas reporter leur visite chez le médecin mais aussi chez le kiné libéral. Ainsi, tous les ordres professionnels (médecins, pharmaciens, masseurs kinésithérapeutes, infirmiers, sages-femmes et podologues) ont appelé dès les premiers jours de novembre les patients à ne pas se mettre en danger et à ne pas subir « à nouveau une perte de chance« .

C’est en s’appuyant sur le retour d’expérience du printemps dernier, que les ordres ont rapidement réagi. En effet, la première plateforme médicale de France avait alerté, au cours du premier confinement, d’un effondrement des rendez-vous chez les professionnels de santé avec une baisse des rendez-vous de l’ordre de 44% chez les médecins, de 95% chez les chirurgiens-dentistes et jusqu’à 96% pour les masseurs kinésithérapeutes et les podologues. Ce brusque détournement des patients était à l’époque passé inaperçu, dans la mesure où kinés libéraux et professionnels de santé avaient dû fermer leur cabinet, faute d’équipements de protection et de protocole sanitaire adapté. Depuis, ils ont eu le temps de se doter des protections nécessaires mais aussi de mettre en place les règles sanitaires les plus efficaces.

En revanche, tous avaient constaté, une fois le confinement terminé, les dégâts occasionnés par ce recul des consultations. Ce sont précisément ces risques et ces pertes de chance que les professionnels entendent éliminer en restant ouverts et en appelant les patients à une plus grande vigilance. Pour autant, la même plateforme médicale soulignait une semaine après le début de cette seconde période une baisse de 30% des consultations en moyenne auprès de toutes les professions de santé.

Des kinés libéraux mobilisés pour recevoir la patientèle dans les meilleures conditions

Non seulement les cabinets des kinés libéraux restent accessibles depuis le début du mois de novembre, mais l’attestation de déplacement permet de justifier ce dernier en cochant la case « Consultations, examens et soins ne pouvant être assurés à distance et l’achat de médicaments. ». Interrogé par les journalistes du Populaire du Centre, Cyrille Hivert, masseur Kinésithérapeute a confirmé cette nécessité de continuer à recevoir les patients :

« La fermeture des cabinets a été préjudiciable. Si certains soins, comme le suivi des insuffisants respiratoires, ont pu être exceptionnellement assurés, d’autres comme la traumatologie, avec la rééducation après la pose d’une prothèse de hanche ou de genou, n’ont pas été considérés comme urgents et n’ont pas été pris en charge.

Ce sont ces pertes de chance, que les kinés libéraux entendent bien faire reculer. Pour les accompagner dans cette période délicate, les autorités sanitaires ont prolongé les mesures dérogatoires, initialement prévues jusqu’au 30 octobre dernier. Désormais, les kinés libéraux bénéficieront de ces mesures jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire à savoir :

  • Possibilité d’effectuer certains soins à distance, dont la liste reste la même qu’au cours du printemps dernier,
  • Cotation dérogatoire pour les soins post-Covid (AMK 20 pour une séance de 30 minutes, AMK 28 pour 60 minutes) Possibilité de télésoin après une première visite en présentiel.
  • Dérogation pour le choix du kiné libéral le plus proche du domicile,
  • Possibilité de soins à domicile même si ce n’est pas expressément mentionné sur la prescription,
  • Droit à la réalisation des tests de détection de la Covid-19 au cabinet du kiné libéral ou au domicile du patient,

Tout est donc fait pour que la situation sanitaire ne se dégrade faute de suivi des soins pendant cette période.

Estimez-vous que tout a été prévu pour permettre l’accompagnement optimal des kinés libéraux au cours de ce second confinement ?

8 commentaires sur « Les kinés libéraux mobilisés pendant le second confinement »

  1. Mobilisons Nous…… ! Je partage 🥰

  2. Rien de prévu pour les remplaçants, qui n’ont plus de boulot étant donné que les kinés installés ne peuvent plus partir en vacances ou suivre de formations pro !

  3. Clement Kindig ??? Des remplaçants, ni moi ni les collègues que je connais n’en trouvons !!

  4. Fred Bouriat où est ton cab ?🧐😛

  5. Clement Kindig bassin d’Arcachon

  6. Fred Bouriat, c’est effectivement très difficile.
    Au cas où qqun serai intéressé, je pose toutes les vacances scolaires. Avis aux amateurs 😜

  7. Tout ce qui se passe est inattendu, malheureusement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.