/>

Les professions libérales de santé toujours en attente de leur Ségur !

Bien que l’état d’urgence sanitaire soit terminé depuis le 10 juillet dernier, les autorités publiques ont prolongé la possibilité pour les kinés libéraux et hospitaliers de pratiquer le télésoin. Les dispositifs, mis en place pendant la crise de coronavirus, sont dont maintenus jusqu’au 30 octobre prochain. D’autre part, les masseurs kinésithérapeutes libéraux « intervenant dans les centres ambulatoires dédiés au Covid-19 » peuvent désormais également facturer la « prestation d’accompagnement à la consultation d’un médecin (TLL) ». Ces décisions seront évaluées avant le 30 octobre pour décider de leur maintien à plus long terme ou de leur abandon.

Des décisions ont bien été prises pour permettre aux kinés libéraux et à tous les professionnels des soins dits de ville de se préparer au mieux en cas d’une seconde vague. Les kinés comme les infirmières pourront recevoir gratuitement les masques de protection du stock national, distribution assurée par les pharmaciens.

Ces dispositifs transitoires ont été pris dans l’urgence de la situation. En revanche, depuis la crise sanitaire, le gouvernement a laissé entendre qu’une vaste réforme du système de la santé publique en France serait engagée. Le Ségur de la Santé s’est transformé en un Ségur de l’Hôpital, ce qui provoque la colère de nombreux professionnels de santé, parmi lesquels on retrouve de nombreux kinés libéraux.

Du Ségur de la Santé au Ségur de l’hôpital, les professionnels de santé libéraux oubliés ?

Très rapidement, le Ministère de la Santé a fait savoir que les premières mesures prises dans le cadre de cette vaste négociation le seraient au bénéfice du service hospitalier. C’est ce qui a été fait, et ce mardi 21 juillet un 2nd acte vient de s’écrire avec la publication des préconisations des différents groupes de travail. C’est donc une seconde série de mesures, devant se déployer sur plusieurs années, qui a été  officialisée. Là encore, l’objectif principal, et quasi-unique, est de réformer le système hospitalier, ce qui pourra bénéficier aux masseurs kinésithérapeutes choisissant cette voie. En revanche, la médecine de ville est encore la grande oubliée de ces 33 mesures.

On retrouve pour les kinés libéraux notamment un renforcement de l’accompagnement pour un exercice plus collaboratif entre les différentes professions (médecins, infirmières, kinés, …) ainsi que de nouvelles pistes pour renforcer la coopération et la coordination entre médecine de ville et hôpital. En revanche, aucune des professions libérales de santé ne voit une ou l’autre de ses principales revendications prises en compte, et l’exaspération se fait sentir tant chez les kinés libéraux que dans d’autres professions.

Rendre l’hôpital plus attractif aux dépens de l’activité libérale ?

On sait aujourd’hui, qu’une (trop ?) grande majorité des étudiants en masso-kinésithérapie choisissent la voie libérale pour exercer, notamment en raison des conditions de rémunération. Depuis des années, la rémunération des masseurs kinésithérapeutes et des autres professions médicales et paramédicales est insuffisante pour certains et même indécente pour d’autres. La revalorisation salariale est déjà actée pour les prochaines semaines, et un engagement de ce Ségur de la Santé est de porter la rémunération de ces professionnels à un niveau acceptable et comparable aux autres pays européens.

Choisir d’être kiné hospitalier doit devenir, dans les années qui viennent, un véritable choix, et non pas une « issue de secours ». Dans le même temps, des efforts conséquents sont programmés dans les années à venir pour permettre à ces kinés hospitaliers d’exercer une activité libérale, mais aussi pour faciliter un exercice mixte pour les actuels kinés libéraux.

Comme pour les autres professions paramédicales, la Masso-kinésithérapie semble n’avoir reçu d’attention de la part des autorités publiques que du côté de l’activité hospitalière, et de nombreux kinés libéraux se considèrent comme « trahis » ou tout du moins « déconsidérés ». Cette situation ne pourra pas perdurer, puisque plusieurs syndicats se sont dressés contre ce mépris affiché. Le Centre National des professions Libérales de Santé (CNPS) avait déjà dénoncé une telle tendance il y a quelques semaines en publiant un véritable appel au secours : « La Mutualité française a récemment publié sa contribution au Ségur de la santé avec des propositions qui, si elles étaient appliquées, mèneraient à la disparition pure et simple de la médecine libérale de ville au profit des « réseaux de soins » mutualistes. »

Et vous, estimez-vous aussi que les professions libérales de santé sont en danger ? Comment imaginez-vous la réalité du kiné libéral dans 5, 10 ou 15 ans ?

19 commentaires sur « Les professions libérales de santé toujours en attente de leur Ségur ! »

  1. je ne l’imagine plus …en tant que libéral

  2. Il n’y aura plus de kiné libérale d’ici très peu de temps !

  3. Il n’ y aura plus de kiné.liberaux …. ca semble être la politique actuelle …

  4. Un seul mot les baisés

  5. En même temps avec les syndicats les plus. Cons de la terre

  6. Ds 5 ans on sera Kine en libéral mais salarié par un groupement mutualiste comme ttes les professions de santé d ailleurs

  7. « avec colère et déception »…. Hoooooo les pauvres kinés libéraux.
    Vous trouvez que c’est normal qu’un kiné hospitalier a un salaire de 1600 euro net, après 5 années d’etudes,20 patients par jour, plusieurs services par jour, même 6 des fois ? Vous trouvez que c’est normal que pour s’en sortir, cela veut dire pour arriver à vivre décemment, il doit faire des gardes de week-end pour urgences respiratoires, avec 20-25 patients par jour et beaucoup des astreintes en réanimation?
    Finalement pourquoi vous êtes en colère ? car ce n’est plus possible de voir plusieurs patients par heure pour faire une chiffre d’affaire de plus en plus élevé ??? Si vous vous sentez offensés et oubliés, qu’est qui ce vous empêche de venir travailler à l’hôpital publique afin de bénéficier de ces avantages dont vous vous sentez exclus ? j’hésite entre hypocrisie et mégalomanie pour qualifier votre réaction.

  8. Ns sommes ignores depuis que j ai commencé à bosser. En 1981. Avant je sais pas. Il est temps que je parte😡

  9. Les jeunes qui vont sortir de l’école ont du soucis à se faire

  10. Tout notre système de santé est en danger. Mais pas grave,on continuera à laisser faire !!comme pour tout le reste !!

  11. Ravie d arriver en fin de carrière

  12. Livré pieds et poings liés aux diktats Sécu et ARS …
    Une profession qui se dégrade non stop depuis mon début d ‘ activité ( 82 ) , je plain les jeunes qui veulent exercer ce métier .
    Si c ‘ était à refaire , plus jamais !
    Et pourtant passionné +++ ….

  13. Ben moi j ai pas de nouvelles de mon kiné depuis le covite 19 pas très cool

  14. en réponse a mugue rusu: je ne comprends pas votre colère contre les kiné libéraux. nous défendons ce qu’il reste de notre profession, après que l’état ait déjà bien émietté notre champ de compétence (qui est aussi le votre), et je pense que malheureusement les confrères qui se sont exprimés ont raison: nous sommes en état de mort programmée.
    au dela de ça, je souhaiterai apporter quelques réponses: j’ai préféré le libéral au salariat. c’est un vrai choix. je l’ai fait en connaissant les deux versants de la profession et en reconnaissant toutes les qualités de l’exercice salarié. développer ce choix prendrait énormément de temps, je veux juste dire que l’appât de « gain » n’a pas été fondamental…. et puisqu’on parle de gain: je gagne 3000€ avant impôts mais je bosse 42 a 48 heures par semaine pour cela. je ne dépasse jamais 3 patients par heure et j’adapte mon temps de rééducation aux nécessité de mes patients. j’ai également connu les gardes de respiratoires, même si aujourd’hui je m’en suis dédouané (un des privilèges de l’age sans doute).
    bref, je ne vois pas l’utilité d’hurler sur tes confrères libéraux. dis toi par contre que ce qu’ils vivent, tu pourrais aussi le vivre bientot…. nombreux sont les profs de gym qui cherchent un emploi et qui coutent moins cher que toi, nombreuses les auxiliaires de vie qui pourraient réapprendre a tes ex patients a se mobiliser, qui savent aussi bien que toi installer un hemiplégique en position d’inhibition, ou installer une attelle de flexion de genou, voire d’épaule, et elles coûtent moins cher que toi…… et toi…. tu sers a quoi a ce moment là????

  15. SUIS EN FAUTEUIL AVEC UN A.V.C. ET PLUS DE KINE !!!!!

  16. Vraiment le monde va mal. La France par contre depuis le confinement tout s’écroule. Beaucoup de petites sociétés on du mal a survivre. Ca craint même l automobile a du mal les restaurants. Et la sécu va t’elle tenir avec tous les arrêts maladie et le chômage..très dur pour tous le monde hélas 😓😓😓😓😓😓😥😥😥😥

  17. A protéger absolument, on a tous un jour ou l’autre besoin d’un kiné !!

  18. La question n est pas d opposer les hospitaliers et les libéraux. Tu fais 25 kiné respi le dimanche , c est bien. Tu as 0 charges de loyers et de matériel. Alors ne nous charge pas. Soit solidaire.

  19. Moi je pense que les Libéraux de toutes les professions ont été mis sur le côté maintenant … Le SEGUR visait à rallier les personnels du Service Public de ce Gouvernement incompétent..Je plains les Professions Médicales et para-médicales qui vont émerger après leurs études …
    Sans Libéraux les patients à domicile n’auront plus de soins et il faudra multiplier le Budget de l’Assurance Maladie et les autres Caisses par 5 .. A Bon entendeur Salut .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.