/>

Quelle place pour les kinés dans le traitement de la bronchiolite ?

Un nourrisson sur 3, en moyenne, est atteint chaque année de bronchiolite au cours de l’hiver. Et l’hiver 2020 – 2021 sera comme l’année dernière, l’occasion de voir le débat « Kiné respiratoire et bronchiolite » remis sur le devant de la scène médiatique. Mais depuis les recommandations de la HAS, la crise du coronavirus est venue compliquer encore un peu plus la situation.

La kiné respiratoire, écartée du traitement des bronchiolites du nourrisson depuis un an

On se souvient du tollé qu’avait provoqué, auprès des kinés libéraux mais aussi de bien d’autres professionnels de santé, la publication du rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS). Cette dernière s’interrogeait alors sur l’efficacité et l’utilité de la kiné respiratoire pour les nourrissons, atteints de bronchiolite. Cette épidémie, qui revient chaque hiver, affecte environ 480.000 enfants tous les ans. 2 à 3% de ces jeunes patients sont hospitalisés. Le phénomène est donc bien d’ampleur, et depuis longtemps, les cabinets de kinés libéraux recevaient ces nourrissons pour un traitement curatif bien sûr mais aussi préventif, notamment en éduquant les parents à adopter les bons gestes et les bonnes habitudes.

En novembre 2019, la HAS publiait donc « Prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois ». À cette occasion, la HAS soulignait que le recours à la kiné respiratoire dans le traitement de la bronchiolite aigue n’avait pas fait ses preuves, et que son efficacité était loin d’être avérée. Le vice-président de la commission recommandations de la HAS, le Pr Pierre-Louis Druais, allait même encore plus loin en répondant aux questions des journalistes de BFM-TV :

“Nous n’avons aucun niveau de preuve de cette méthode. Chez les enfants hospitalisés, atteints des formes les plus graves, la kinésithérapie respiratoire est non seulement inutile mais sûrement contreproductive. Cela va aggraver l’état de l’enfant, qui est déjà fatigué et a du mal à respirer”

Le déremboursement de la kiné respiratoire, une décision à contre-courant ?

Dans ses recommandations, la HAS qualifiait donc la kiné respiratoire de « contre-indiquée » à l’hôpital et de « non recommandée » en médecine de ville. En quelques jours, les kinés libéraux s’étaient mobilisés pour dénoncer une décision jugée incompréhensible. Alors que partout en France, les cabinets de kinés libéraux s’organisaient, depuis des années, pour garantir des services d’urgence Bronchiolite, la communication de la HAS jetait le discrédit sur leurs interventions. Certes, le rapport n’invite pas à interdire ou déconseiller le recours au masseur – kinésithérapeute, mais dans l’esprit des patients, il a fait naitre le doute et même la peur.

Les techniques visées, le clapping et la vibration, ne constituent pas l’intégralité de cette kiné respiratoire, qui regroupe aussi le mouchage, la surveillance, l’auscultation, l’éducation des parents, … Le kiné libéral était, et doit rester, le professionnel de premier recours pour les parents, inquiets devant les bronchiolites de leurs enfants.

La présidente de l’Ordre professionnel des Masseurs Kinésithérapeutes, Mme Pascale Mathieu, soulignait même un autre danger en expliquant que «si on arrêtait cette prise en charge, il y aurait un recours massif aux urgences de parents très inquiets« .

Une situation délicate pour cette année 2020 pour les kinés libéraux

Nous étions alors en plein hiver 2020-2021, et aujourd’hui, alors que la saison hivernale s’annonce, la situation a évolué. Crise du coronavirus oblige, les services hospitaliers sont déjà sous tension, et certains kinés libéraux soulignent, qu’avec l’arrivée de l’épidémie de bronchiolite, les difficultés vont s’aggraver. Et l’exemple de la Nouvelle Calédonie est donné en exemple par plusieurs kinés libéraux. Cette année, les bronchiolites à VRS semblent plus nombreuses et plus virulentes, avec un début d’encombrement des services hospitaliers. Certains masseurs-kinésithérapeutes soulignent la corrélation entre le désengagement des kinés libéraux et cette augmentation inhabituelle des hospitalisations.

Pour Nicolas Volk, président du syndicat des masseurs-kinésithérapeutes de Nouvelle-Calédonie, les recommandations de la HAS n’ont pas pris en compte l’importance du rôle du kiné se bornant à une « vision comptable ».  Il explique ainsi :

«(…) le kiné avait ce rôle curatif, on apprenait à moucher les bébés, on désencombrait, et puis on appartenait à un réseau de soins »

Le même débat s’ouvrira, dans quelques semaines, dans l’Hexagone, à un moment où le Ministère de la Santé s’efforce de réduire au maximum la fréquentation des services hospitaliers.

Et vous, quel est votre position sur le sujet ? Quelle devrait être la mesure à prendre pour cet hiver 2020-2021 ?

20 commentaires sur « Quelle place pour les kinés dans le traitement de la bronchiolite ? »

  1. Notre profession est totalement discréditée. La sécu rêve de nous dérembourser…

  2. Quelle place? Aucune, depuis les fameuses « recommandations » objectives de la HAS.

  3. Une grave erreur, vous êtes indispensable à notre forme: ex: retrouver l’équilibre après une opération , supprimer les douleurs du dos des épaules ….
    Réduit l’absorption de médicaments nocifs.
    Et ++++++

  4. C est la pollution
    Mes enfants n e’ n ont jamais souffert

  5. Marie France Bodhuin c’est un virus ……

  6. Degrange Michelle merci. C’est pour des gens comme vous que j’ai encore foi dans mon métier.

  7. L hiver approche … on parle de la bronchiolite et de la KR … encore un beau marronnier 😉

  8. Je ne vais pas débattre sur ce sujet de merde car très en colère mais je dirais simplement honte à la HAS pour ses recommandations… sans connaître réellement l’efficacité des techniques de kinésithérapie respiratoire sur le nourrisson. De parler de clapping et de drainage postural que je n’ai jamais appris à l’école car déjà en 1991 on connaissait son inefficacité… alors en parler maintenant est juste la preuve de leur incompétence…😡😡😡😡

  9. Clapping et vibration 😟On en est encore là !
    Merci de parler au moins de l’AFE qui est controversée si vous voulez que votre article soit pertinent !

  10. Avez-vous regardé le schéma récap page 10/37 du texte de recommandation de la HAS? les kinés font sont cités dans  » les acteurs de premier recours  » il me semble

  11. Les journalistes ont fait comprendre qu’il n’y avait aucune place pour la kiné respi mais c’est pas ce que la HAS dit. La HAS précise que c’est en cas d’hospitalisation.

  12. Adrien Lemire faux. La HAS a bien pris soin, volontairement, de diffuser une information qui disait que la kinésithérapie respiratoire n’était plus recommandée chez les bébés. Sans préciser aucunement s’il s’agissait de cas hospitalisés ou non. Nous sommes des milliers à avoir vu cela.

  13. Qui sont les acteurs de premier recours alors ? 🤔

  14. Adrien Lemire pas les kinés en tout cas, hélas.

  15. Bizarre, j’ai assisté à une conférence jeudi dernier à Caen avec la présidente du réseau bronchiolite normand Mme Michelle Leclerc qui nous disait que les kinés étaient en partie ces acteurs de premier recours… Elle fait partie des relecteurs des recommandations de cette année 2019… Quelles sont vos sources pour dire que les kinés n’en font pas partie ? 🙂

  16. Adrien Lemire mes « sources », comme vous dites, sont les recommandations de la HAS et les communications soigneusement orchestrées qui ont été faites autour. Les journalistes n’ont fait que faire passer le message. Message tout aussi soigneusement reçu et appliqué par tous les médecins généralistes et urgentistes de France. Alors maintenant on peut bien trouver par-ci par-là quelques pro-Kiné, cela ne changera rien. Le mal est fait et nous sommes des dizaines de milliers à ne quasiment plus voir de KR sur des bronchiolites.
    J’oublie volontairement les conflits d’intérêts rapportés dans ces colonnes sur certains…

  17. En effet le nombre de KR a fortement diminué… Trop de médecins n’ayant pas lu les recommandations 🤔
    On peut également trouver beaucoup de theoristes du complot chez qui rien ne va jamais 🤪

  18. les médecins ont lu ce qu’on leur a donné à lire…

  19. Mon fils a eu une bronchiolite il a mis un mois a guérir… Avec de la kiné, ca aurait été plus rapide mais ils ont refusé de nous en prescrire 😥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.