/>

Quelle protection sociale et quelle retraite pour les kinés libéraux en 2021 ?

La question de la réforme des retraites a été suspendue depuis le début de la crise sanitaire, et pourtant la question concentre toujours l’attention des kinés libéraux et plus généralement de tous les travailleurs. Entre la protection sociale et ce régime des retraites, les masseurs kinésithérapeutes restent mobilisés pour 2021.

Protection sociale et retraite des professionnels de santé, l’année de tous les changements !

Comme tous les soignants, les kinés libéraux et les autres professions libérales de santé se sont adaptés depuis maintenant plus d’un an à la situation de crise sanitaire. Le coronavirus et ses conséquences ont rythmé le quotidien de tous les cabinets de kinésithérapie, mais aussi ceux de médecine générale ou encore les cabinets infirmiers. Participer à la lutte contre l’épidémie, s’efforcer de respecter les gestes barrières et autres contraintes sanitaires pour endiguer la progression de l’épidémie, …. Cette mobilisation de tous les instants, aussi chronophage qu’épuisante et usante, n’a cependant pas occulté les autres problématiques de chacune des professions.

En tant que profession libérale et donc indépendante, les masseurs kinésithérapeutes sont notamment mobilisés pour leur protection sociale mais aussi pour leur système de retraite. Crise sanitaire oblige, le projet de réforme du système des retraites a été suspendu et reporté à une date qu’il reste à définir. En revanche, la crise sanitaire a permis aux autorités publiques d’entendre les revendications, portées depuis des années par une majorité des professionnels libéraux de santé, et concernant leur protection sociale, à commencer par l’indemnisation de leur arrête maladie. A l’occasion du Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS 2021), une proposition a permis de faire évoluer l’indemnisation des kinés libéraux en cas d’arrêt maladie. Cette évolution s’est largement inspirée du dispositif d’exception mis en place au cours de cette crise sanitaire. Aussi, à partir du 1er juillet prochain, les professionnels de santé n’auront plus à supporter une carence de 90 jours, dispositif actuellement appliqué par la CARPIMKO. Les kinés libéraux et les autres professionnels concernés seront à l’avenir indemnisés pendant ces 3 premiers mois d’arrêt.

La réforme du système des retraites, un régime universel profitable aux kinés libéraux ?

Lancée avec la publication du rapport Delevoye en juillet 2019, la réforme du système des retraites, suspendue donc en raison de la crise sanitaire, reste toujours d’actualité. L’ambition consiste toujours à adopter un système universel de retraite, applicable à toutes et tous. Pour les kinés libéraux, comme pour l’ensemble des professionnels de santé affiliés à la CARPIMKO, le système actuel sera donc entièrement revu. Les professionnels de santé, dont les kinés libéraux s’étaient mobilisés pour contester ce nouveau régime, jugé défavorable. Pour apaiser les inquiétudes, l’Assemblée nationale a publié, en janvier 2020, une étude d’impact pour estimer les différences entre les cotisations et la retraite perçue avec le système actuel et celles calculées avec le nouveau dispositif. En soulignant que 90 % des auxiliaires médicaux perçoivent moins de 2 PASS (Plafond annuel de la sécurité sociale soit 41.136 € en 2021), l’étude a calculé les différences constatées entre le système actuel et le régime universel pour des revenus définis à 0.5, 1 et 2 PASS. Selon cette étude d’impact, les kinés libéraux ne seraient pas pénalisés par cette réforme. Ainsi, ce rapport d’impact souligne : « Ainsi, pour l’affilié de la CARPIMKO à 1 PASS de revenu, le passage au système universel de retraites se traduirait par une cotisation d’assurance vieillesse inférieure de 0,8 point par rapport à ce qu’elle aurait été en 2040 en l’absence de réforme ».

De nombreuses représentations des professionnels de santé concernés contestent ces données, et des rapports indépendants ont été demandés. Pour les kinés libéraux, comme pour les autres professions indépendantes, une autre question se pose, à savoir le sort qui sera réservé aux 20 milliards d’euros de réserve, constitués par la CNAVPL (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales), regroupant 10 Caisses autonomes dont la CARPIMKO. Même si le gouvernement continue de préciser, que des discussions seront entamées dès que la situation le permettra, certains acteurs évoquent la possibilité d’une refonte complète de la réforme. Dans tous les cas, le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) a invité les autorités publiques à prendre rapidement des décisions, puisque la crise sanitaire a eu aussi de lourdes conséquences sur le financement des retraites, avec un déficit estimé à 23.5 milliards d’euros. Les kinés libéraux, comme l’ensemble des travailleurs, devront donc attendre encore quelques semaines ou quelques mois avant de connaître l’avenir de leur retraite.

Et vous, pensez-vous que la Réforme sera reprise telle qu’elle avait été adoptée en 1ère lecture par l’Assemblée nationale ? Ou estimez-vous qu’une nouvelle réforme doive nécessairement être présentée aux Français ?

1 commentaire sur « Quelle protection sociale et quelle retraite pour les kinés libéraux en 2021 ? »

  1. Une seule et unique réforme ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.