/>

Quels changements pour les études de kinés à la rentrée de septembre 2020 ?

Avant de devenir kiné libéral, l’étudiant devra d’abord réussir son cursus et obtenir le diplôme d’Etat. Et les études pour devenir kiné comme l’ensemble du premier cycle des études de santé change à la rentrée de septembre 2020. Quelles sont les conséquences pour les études en Masso-kinésithérapie ?

L’accès aux études en masso-kinésithérapie réorganisée comme toutes les études de santé

Médecins généralistes, kinés libéraux, infirmières hospitalières, … une grande partie des professionnels de santé partageaient un même jugement critique sur le premier cycle des études de santé. Bien souvent, la première année commune aux études de santé (PACES) était dénoncée pour les conditions éprouvantes (pour certains) et inadmissibles pour d’autres. De nombreux étudiants dénonçaient la (trop ?) grande sélectivité de cette formation, qui était néanmoins nécessaire pour pouvoir devenir kiné libéral ou hospitalier notamment. En effet, plus de 3 étudiants sur 4 en Institut de formation en masso-kinésithérapie (IKMK) étaient issus de cette PACES, le dernier quart se partageant entre une première année de licence de biologie ou une première année en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS).

La situation a changé, puisque la PACES a connu sa dernière année d’existence, puisqu’elle disparait définitivement à la rentrée de septembre 2020. La réforme du premier cycle des études de santé a été adoptée définitivement en 2019 avec un objectif commun pour les futurs kinés et autres sages-femmes :  garantir la diversification des parcours des futurs soignants. Cela permettra aussi, selon de nombreux syndicats professionnels, de réduire ce qui est présenté comme un « immense gâchis humain ».

Quels changements dans la formation des futurs kinés libéraux ou hospitaliers ?

Pour devenir masseur-kinésithérapeute, l’étudiant ou l’étudiante devra toujours suivre un cursus au sein d’un IFMK. En revanche, les voies d’accès ont été revues. Deux nouvelles voies d’admission ont ainsi été créées tout en conservant les voies biologie et STAPS.

  • Biologie et STAPS
    Ces filières permettent, comme avant, de pouvoir poser sa candidature à un IFMK. Les étudiants, qui n’arrivent pas à franchir cette ultime sélection, pourront continuer leurs études en seconde année de leur filière.

 

  • Le PASS pour Parcours Spécifique « Accès Santé »
    Disponible dans les facultés de Santé, cette voie universitaire permet aux futurs professionnels de santé de suivre un cursus spécifique « Accès Santé » en laissant la possibilité à chacun de choisir une mineure. Pour les étudiants validant leur première année de licence, il sera possible de s’orienter vers la formation en kinésithérapie. Les étudiants ne réussissant pas les tests de sélection en IFMK pourront s’ils le souhaitent, poursuivre en seconde année dans la mineure, qu’ils ont choisie au départ.

 

  • La LAS pour Licence avec option « Accès Santé »
    Les candidats s’inscrivent alors dans la discipline de leur choix en choisissant nécessaire l’option « accès Santé ». Seule la validation de la première année de licence, comme pour le PASS, permettra de pouvoir candidater à la formation en kiné, et en cas d’échec la poursuite de la seconde année de licence restera possible.

4 voies d’accès pour pouvoir espérer devenir masseur-kinésithérapeute

4 voies d’accès sont désormais possibles pour intégrer un IFMK et pour garantir cette ambition de diversité des parcours, il ne sera pas possible d’intégrer plus de 50% d’élèves issus d’une même voie.  C’est ensuite sur dossier, que se fera la sélection (même si des oraux ne sont pas à exclure pour départager plusieurs candidats) dans l’un des 47 IFMK de France, qu’ils soient publics ou privés.

Pour les étudiants, rejoindre l’un ou l’autre de ces instituts de formation n’est pas sans incidence puisque le coût annuel varie de 170 à 9.300 € (le coût moyen ayant été estimé à 4500 € annuels).

S’ensuivra alors une formation en 4 ans avant de pouvoir décrocher le diplôme officiel de Masseur Kinésithérapeute. Et cette situation continue d’irriter de nombreux kinés libéraux et hospitaliers. Un cursus en 4 ans accessible uniquement après une première année d’études réussie, pour les masseurs kinésithérapeutes, le calcul est simple et ce diplôme d’Etat constitue bien un Bac +5 et devrait donc être reconnu comme un grade Master. Une demande, qui a, jusqu’à aujourd’hui, toujours été rejetée par les autorités publiques.

Et vous, quelle voie avez-vous suivi pour devenir masseur kinésithérapeute ? Que pensez-vous de cette non-reconnaissance du diplôme au grade de Master ?

71 commentaires sur « Quels changements pour les études de kinés à la rentrée de septembre 2020 ? »

  1. Devenir Kinesitherapeutes sachant que l’on a déjà perdu me désolé. Nous sommes soit disant défendu par un ordre le CNOMK et on se retrouve toujours à bac plus 2 avec comme on vient de le lire à cinq années d’etude. Beaucoup de techniques manuelles ont été censurées par cette ordre que nous payons et qui nous détruit. La MICROKINESITHERAPIE a été traité de dérive thérapeutique alors que toutes les expérimentations ont été validées.
    Nous pouvons nous poser des questions sur l’utilité de cet ordre qui nous a déjà fait perdre le massage et maintenant toutes les techniques complémentaires.

  2. Il est trop tard …..le confinement a fini de ns détruire …..

  3. Courage à nos kinés heureusement qu ils sont là le mien ma beaucoup aider apres mon opération il n a aussi remonté le moral quand je ni croyais plus .courage a vous

  4. Ce gouvernement persiste et signe, comme le précédent, à nous cantonner à un rôle de technicien. Les kinés français, comme la plupart des autres, effectuent 5 ans d’études, et accèdent donc au niveau ingénieur, ou Master, n’en déplaise à nos ministres. Vivement un changement de gouvernement… l’espoir fait vivre !

  5. Bac+5, nous sommes des ingénieurs de la rééducation

  6. Malheureusement les nouveaux kinés sont a bac+5 mais nous n’en aurons jamais la reconnaissance. Imaginez que demain les kinés demandent bac+6, nous deviendrons des docteurs… Rémunérations et travail changerait du tout au tout, nous serions à égal des dentistes…. Pour le salariat cela voudrait dire que nous serions niveau cadre et donc choix des horaires et travail sans prescription médicale. En libéral ça serait première intention et choix des examens complémentaires. Êtes vous prêt pour ça ? Je pense que oui, car cela fait des années que les kinés ne sont plus des techniciens mais des cliniciens. Seulement il faudrait aussi corriger le tir sur notre manière de travailler, il ne faut pas attendre des autres qu’ils nous aident, balayons devant notre porte et battons nous pour la reconnaissance.

  7. Patrice Benini il faut se battre pour porter notre métier. J’ai longtemps été en colère contre l’ordre, mais je pense que le problème est plus haut, une volonté d’État de faire du soins un commerce, de ce fait, il faut au contraire diminuer la qualité des soins pour qu’il coûte le moins cher possible.
    J’ai bien peur du jour où la kiné en France sera comme en Espagne, où il n’y a pas de sécu, et les cabinets de kinés juste des centres commerciaux.

  8. Si on impose master pour les nouveaux, il faut que les anciens se remettent à niveau ou augmenter le salaire des grades masters qui ont du investir plus dans leurs études, on ne peut pas demander plus de compétences à reconnaissance égale… En plus l’accès à ces études se fait de manière injuste, j’ai deux masters en sciences et on me fait passer derrière tous les gamins qui ont une l1 histoire de l’art option parcours santé, alors que je suis en reconversion professionnelle (1 à 2 places de passerelle par école) 😡😡😡😡 la France…

  9. Ludo Par Là il est certain que l’on ne pourra prétendre à ce niveau que si notre pratique est responsable et condamner la kinésithérapie qui consiste à faire de l’abattage, prendre 4 à 5 personnes en même temps ce n’est pas de la prise en charge clinique mais de l’usine médicale à la chaîne !

  10. Patrice Benini Il faut que les praticiens se battent eux et ne plus compter sur cet ordre qui récolte juste les cotisations mais aucune action concrète….

  11. Eleena Naïa Von Rosen le pb est qu’on passe 5 années sur nos études et on est pas reconnu bac +5. Il y a pas de remise a niveau a faire, les études ont été effectuées.

  12. Isa Kine oui c’est pour ça, que tous les confrères qui font des Master et des doctorat vont aider à nous faire avancer. Il y a de l’espoir, mais c’est la volonté d’État qui me fait peur….

  13. Idem pour les infirmières qui sont aussi considérées comme bac plus deux , et qui plus ont le spectre de voir les aides soignantes avoir le droit de prendre leur titre avec une année de stage .!!! Une infirmière , je le rappelle , a le devoir de faire un minimum d’une formation par an , tout au long de sa carrière . Libérale ou hospitalière, au bout de 10 ans , elles ont acquit un sacré niveau de compétence que personne ne leur reconnaît … Peut-être unis , on combattrons mieux toutes ces adversités nous empêchant de voir nos facturations ou notre salaire réhabilités !!!

  14. Oui avec un bac plus 5 ..bientôt des études de docteur 😆😆😆

  15. Un ordre inutile les syndicats nulissime et certains qui tirent la couverture à eux
    Pauvre profession
    Vivement la retraite

  16. nous n’avons pas à rougir de nos diagnostics… et Isa kiné oui condamnons l’abattage des 4 à 5 patients en même temps voir le plus qui deserve la profession

  17. Eleena Naïa Von Rosen facile la critique ……

  18. Dominique Jeanne Louise Schlatterer les infirmières St bac +3,ma fille est licence de la santé…

  19. Christophe Verdier les remises à niveau juste pour ceux qui ont bac +3 car forcément on a pas les mêmes connaissances après 5 ans ou 3 ans d’études 😉

  20. Marie-France Foradini-Henn vous avez certainement passé vos diplômes à une autre époque, vous ne pouvez pas juger la critique des jeunes qui galèrent aujourd’hui 😉

  21. C’est le cas depuis septembre avec la création de la CNU 91 Marie Lyne

  22. La microkinésithérapie a t elle des etudes solides sur son efficacité Patrice?

  23. C’est en effet important Ludo. Ne pas se demander ce que les instances qui nous représentent peuvent faire pour nous, mais ce que nous pouvons faire pour la profession.

  24. Eleena si si, on peut juger… penser qu’après ne diplôme, on arrête de se former est par exemple une limite dans ton raisonnement…

  25. Plutot que se demander ce que les instances peuvent faire pour toi Gilles, t’es tu demandé ce que tu pouvais faire pour la profession?

  26. Thomas Ru L’eau bla bla bla bla bla bla

  27. La meilleure réponse pour toujours ne rien faire Gilles. Dans ce cas, ait au moins la décence de ne pas critiquer ceux qui s’investissent.
    Belle journée à toi

  28. Thomas Ru L’eau cool

  29. Eleena Naïa Von Rosen vs auriez dû faire un autre choix ….j’ai choisi cette profession par passion et cela me convient parfaitement tt en faisant de nombreuses formations…Diu …c’est obligatoire de se former !
    Si ça ne vs convient pas il faut changer et ne pas en vouloir à tt le monde …..

  30. Très Gilles, et productif aussi! Pour la profession et pour les patients.

  31. Thomas Ru L’eau l homme parfait

  32. Cohérent Gilles, juste cohérent. C’est déjà pas mal et ça semble manquer bcp.

  33. Aurélien Benquet Marie-Jeanne Lamarque 🤔

  34. Fondée en 1983 suite à une expérimentation sur le colon irritable qui a été validée et publié, nous n’avons cesser de faire des expérimentations pour évoluer, 4 d’entre elles ont été publiées.

  35. Patrice Dans une revue internationale indexée?

  36. Thomas Ru L’eau oui

  37. Patrice aurais tu les liens?
    Tu en penses quoi, toi?

  38. Tu trouveras toutes ces infos sur le site du centre de formation à la MicroKinesitherapie ou sur

  39. Patrice je viens d’aller voir. L’article en anglais semble issu d’une revue prédatrice. On ne comprend pas bien dans quoi sont publiés les autres.
    J’avoue être un peu difficile, mais c’est une première étape de la lecture critique d’articles.
    Ensuite, la méthode.

  40. Thomas Ru L’eau oui je pense aussi comme cela. Ne pas être passif, et avancer. Demain nous aurons des kinés avec des Master, des doctorats et pleins d’autres diplômes et formations, ceci va forcément améliorer nos connaissances et notre pratique. De ce fait nous allons changer la kiné pour la faire évoluer vers une meilleure reconnaissance.

  41. Hélène Nvz moi je dirai plutôt des manœuvres 😢

  42. Ludo pas loin de 200 kinés docteurs, une section CNU rééducation, les choses avancent !😁

  43. Freddy Musiala Pourquoi manœuvre ?

  44. Hélène Nvz je veux dire ingénieur. Reconnus comme manœuvre

  45. c’est normal pour la reconnaissance, les infirmiers anesthésistes , les sages femmes ont réussi donc je ne vois pas pourquoi les kinés ne seraient pas reconnus. Après il y a certainement des cours à la fac en plus.

  46. Bé oui être kiné c’est une vocation c’est pas avoir raté médecine !!!! 😂😂😂

  47. Niveau BTS, il faut être clair !

  48. Déjà si t’es kiné c’est que tu choisi la vie, t’as compris qu’il vaut mieux prévenir que guérir ! 😂La vie c’est le rythme, admettre qu’une vérité d’hier n’est plus obligatoire le lendemain,, c’est choisir d’observer, ressentir, initier à reprendre conscience de soi pour alimenter une conscience collective qui naît !
    Même pas de complexe !!!!

  49. Joëlle Crouzet tout à fait. Mais malheureusement, il est parfois vu d’un mauvais oeil que des kinés puissent ne pas avoir besoin du médecin….

  50. Et dire que c’est ce qui se pratique maintenant dans les centres de rééducation !!!!
    Animateur (trice) masseur (sseuse)!!!

  51. Ha! Bé! Vaut mieux envoyer 10x le patient chez le médecin que rater la fois où un jeune sportif entorsé de la cheville te fais une phlébite !!!!!

  52. On a besoin du médecin à l’envers cad, un accès direct chez le kiné, la plupart des médecins nous demandent comment rédiger les ordo, pas vrai ???
    Ensuite, s’il y a le moindre doute :
    Allo Dr, ça paraît pas plus compliqué que ça ! Sauf que oui faut être en phase avec son patient et pas compter son pognon ?!?

  53. Clinicien !!! Oui tout à fait d’accord !!!!

  54. Mais arrête d’appeler ta mère !!!!!

  55. Ah bé oui la retraite, une petite allocation pour pouvoir continuer à travailler jusqu’à ce que mort s’en suive….. C’est ça, t’es kiné à vie…..ou pas…
    Ou trader….mais attention aux
    phlébite !!!!

  56. Joëlle Crouzet oui je vois ça comme toi. Les médecins sont indispensables, nous ne sommes pas des médecins, mais il faudrait une première intention et un renvoie chez le médecin en cas de doutes.
    Pour cela il faudrait renforcer notre formation, et changer notre système de fonctionnement pour être proche du système canadien ou Australien. Mais heureusement avec le temps les choses évoluent et s’améliorent.

  57. Oui c’est ça être Physiothérapeutes, mais je crois que ça en affolent beaucoup, je ne comprends pas, nous sommes engagés, responsables dans notre métier, travail en équipe ; patient kiné, médecin….. Etc si nécessaire, femme de ménage et secrétaire, pourquoi pas hôtesse de l’air…..

  58. Vocation à l’âge de 12 ans, DE à Nancy en 1980,née en 1958, j’ai redoublé ma 6ème cessé de faire le pitre en classe j’étais très mauvaise dans certaines matières et très fortes en d’autres, j’ai eu le soutiens de 2 tantes et d’une prof de Math au collège de Vigneux sur Seine qui à l’époque m’a donné tous ce qu’il fallait faire pour passer les concours.
    J’ai fait le lycée à Nancy, pareil une prof incroyable de français qui m’a soutenu, même qu’il fallait juste avoir 18 ans pour passer le concours.
    Je l’ai passé donc en 1 ère je l’ai raté…. La méiose mitose, je pouvais pas inventé, programme de terminal….
    Donc je l’ai repassé le concours donc en 1977, j’étais reçue 2 ième….
    Puis au premier trimestre à l’école, je crois que j’ai fini dernière ou avant dernière….. Bref… Je suis restée très moyenne.
    3 ans d’études après concours, moyenne d’âge élevée dans la promo, des personnes qui venaient de partout…. Même un gendarme… La moitié venait du bac.
    Bon et puis pour le reste je pourrais faire un roman mais je préfère me consacrer à mes chers patients….
    Merci

  59. L’avenir : travail d’équipe et tous bien payés et quasi pareils ! Modèle horizontal : tous responsables !!!!

  60. Joëlle Crouzet oui je pense aussi que nous avons de plus en plus de capacités, il ne faut pas en avoir peur de la première intention.

  61. Ah !!!! Coucou Patrice !!! J’avais pas tilté ! « 😂😅moi c’est Joëlle Juif, ça date, bisous bisous, c’est la micro qui m’a appris mon métier en fait !!! Merci à toi et Daniel, y a du pain sur la planche l’ami !!!

  62. Non reconnaissance =😡😡. Ducoup personne en salariat car études devenues longues et de ce fait plus coûteuses…

  63. Moi je suis diplômé au Brésil et chez moi on a jusqu’au doctorat en kine. Je trouve une grande injustice en France, c’est le moment de luter pour que ça change au plus vite.des manifestations, de grève ,union de toutes les classes de kine du salarié,étudiants ou libéral.

  64. Il n y a aucune reconnaissance pour le domaine de la santé

  65. Bac+2, Bac+5, Bac+6… ça changera rien, on fera toujours les mêmes choses et on aura toujours la même reconnaissance des patients! On va créer des kinés intellectuels qui n’auront jamais touchés de patients avant leur stage de fin d’étude! On apprend en touchant, en ressentant les choses, et surtout au contact des patients. On a beaucoup à perdre en fait

  66. 4 ans en Belgique reconnu Master et reconnu Master au Luxembourg avec la paye qui va avec. J’ai de la peine pour les Français qui étudient 5 ans pour être reconnu licence c’est triste

  67. La Belgique est passée a 5 ans aussi si je ne me trompe pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.